Les plus belles villes du sud de l’Italie

Linge aux fenêtres, palais abandonnés et le Vésuve en point de mire : la séduction de Naples est d’autant plus troublante qu’elle se niche dans des détails disparates. On y flâne avant d’embarquer vers Capri puis de s’échapper sur la côte Amalfitaine, dont la route longeant la Méditerranée vaut à elle seule le voyage…

Naples

Avec ses airs canailles, Naples en impose. Bruyante. Brouillonne. Élégante. Charmante. Le désordre (relatif) alterne avec le somptueux. La galerie Umberto Ier en est un bon exemple, qui attire inévitablement l’attention lorsque l’on rejoint la place Trieste e Trento depuis le port : surmontée de voûtes et d’un dôme de verre porté par une structure métallique, ce vaste bijou abrite des cafés et boutiques dont la modernité tranche avec le luxe intemporel des pierres. Au sol, des mosaïques représentent les douze signes du Zodiaque. Un selfie auprès du Capricorne ? Succès garanti !

A deux pas, les quartiers espagnols forment un quadrillage serré de ruelles et constituent une bonne partie du centre historique de Naples. On flâne à loisir dans ces rues semées de trattorias et d’autels religieux. Le linge sèche gentiment, avec ses airs de folklore pour touristes. Et pourtant, le quotidien est là. Le métro Toledo dessert ces Quartieri Spagnoli. Marcheurs ou adeptes des transports en commun, ne quittez pas Naples sans avoir admiré l’intérieur de cette station. L’escalator ultra-design est surmonté d’un cratère de lumière bleutée de toute beauté, imaginé par l’architecte catalan Oscar Tusquets Blanca. Inaugurée en 2012, Toledo a été élue plus belle station de métro d’Europe par le Daily Telegraph, en 2014.

Pour prendre de la hauteur, empruntez le mignon funiculaire à la station de Montesanto, jusqu’à l’arrêt Cimarosa. La villa « la Floridiana » à deux pas abrite un musée de la céramique mais surtout, de splendides jardins d’où l’on profite d’une vue remarquable sur la baie de Naples… En rejoignant le centre historique par le Corso Vittorio Emmanuele, on se plait à repérer les palais à la splendeur fanée, dissimulés derrière les palmiers. Naples abrite des perles architecturales, d’autant plus émouvantes qu’elles sont toujours inattendues.

Où manger à Naples ?

Où se régaler pendant un séjour à Naples ? Si vous traînez dans le quartier pittoresque de Spaccanapoli, faites une pause chez Pepe Nero, sur la Piazza Carità : spaghetti fondants et pizzas dignes d’éloges adoucissent nettement l’humeur aléatoire du patron. Autre valeur sûre culinaire : l’Hosteria Toledo, dans le Quartier espagnol. Qualité approuvée et tarifs bienveillants. Pour changer de la pizza Margarita, goûtez au grand incontournable napolitain, la pizza frite. Présentée sous forme de chausson et plongée dans l’huile bouillante, elle se savoure en quelques bouchées et sans une goutte de culpabilité ! Pour le dessert, le goûter ou la simple gourmandise, la Gelateria Mennella est une adresse à retenir, Piazza Trieste e Trento. Epreuve de force : choisir deux ou trois parfums parmi les 57 existants…


Capri

Difficile de manquer une excursion à Capri, facilement accessible en bateau depuis Naples. L’île bien-aimée des écrivains et des stars depuis des décennies est un petit paradis bling bling. Mais elle a bien plus à offrir que des enseignes de luxe. A votre arrivée sur la Marina Grande, optez pour le funiculaire : il vous permettra de rejoindre rapidement la Piazzetta, située en haut d’une longue volée de marches. Restaurants et terrasses en pagaille, enseignes prestigieuses… Le plus beau est ailleurs.

Il suffit de suivre la via Tiberio puis de grimper (gentiment) vers l’éperon rocheux pour mettre à distance les touristes et goûter au charme de Capri, avec ses petites maisons soignées, ses cactus géants et ses citronniers florissants. Le site archéologique du temple de Tibère mérite le coup d’œil. Tout comme la Vierge à l’enfant monumentale, érigée sur le belvédère. Mais le panorama, à 334 mètres d’altitude, est le vrai but de cette promenade. La baie de Naples et le Vésuve n’ont jamais semblé plus beaux !
Lors de la redescente, le bar Jovis est l’adresse parfaite pour se rafraîchir : jolie terrasse, salade caprese, jus de fruits frais ou limoncello – la fameuse liqueur de citron, spécialité locale.

Impossible de venir à Capri sans admirer les fariglioni, ces trois aiguilles rocheuses situées au large de l’île. Non loin de la Piazzetta, les pomponnés Giardini di Augusto, aménagés en belvédère, offrent une vue parfaitement dégagée sur cette particularité géologique, perdue dans l’eau turquoise. Capri s’explore lentement, hors des sentiers battus. N’hésitez pas à vous perdre (est-ce encore possible de nos jours !) parmi ses chemins escarpés…

Son seul nom a la force d’un poème. La côte Amalfitaine, à une cinquantaine de kilomètres de Naples, s’étend de Positano à Salerne. Sa beauté lui a valu d’être classée au Patrimoine mondial de l’UNESCO en 1997 et la découverte de l’Amalfi Drive, cette route sinueuse longeant la mer, permet rapidement de comprendre pourquoi. La côte formée de falaises abruptes s’anime de villages perchés, entre mer et montagne. Leur construction en étages est une vraie particularité

Positiano

A Positano, les maisons dessinent une palette très douce de nuances jaunes, blanches, roses et ocre. Avec ses centaines de parasols orangés et bleus, très photogéniques, la grande plage attire la foule des grands jours durant les mois d’été. Le printemps est la parfaite saison pour découvrir la côte Amalfitaine : la tranquillité est un réel atout pour apprécier ces paysages radieux du sud de l’Italie. A Amalfi, prenez le temps de découvrir le Duomo di Sant’Andrea. La lourde porte en bronze a été fondue à Constantinople – de quoi titiller l’imaginaire. L’intérieur de l’édifice, de style baroque, impressionnera les plus blasés : marbre marqueté et plafond à caissons, sans oublier le cloître du Paradis, absolument ravissant avec son portique à arcades entrelacées.

Vietri-sul-Mare

Vietri-sul-Mare, moins connu, mérite amplement le détour. Ce village surplombant la côte est plus préservé mais tout aussi charmant que ses réputés voisins. Une belle tradition de céramique est visible presque dans chaque ruelle, à travers une fontaine, un banc… Les façades colorées des boutiques forment à elles seules une exposition réjouissante. Et si vous souhaitez comprendre l’origine de cette région si belle, peut-être trouverez-vous la solution en parcourant le sentier des Dieux ? Ce chemin de randonnées est, paraît-il, l’un des plus beaux du pays…

Auteur : Noëlle Hermal

Tags from the story

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *