Voyage à l’île Maurice

L’Ile Maurice est une terre très convoitée. Et pas seulement par les touristes en mal de soleil et de mer bleue ! Les Arabes, les Portugais, puis les Hollandais, les Français et enfin les Britanniques ont tour à tour visité et dirigé cette île située au large de Madagascar. Rajoutez à ces différentes influences une population très métissée venue aussi bien d’Afrique que d’Asie et vous comprendrez que l’ancienne « Isle de France » est un véritable melting-pot.

1) Le marché de Port Louis

Le métissage est particulièrement visible au marché couvert de Port Louis, la capitale de l’île. Haut en couleur, il est fréquenté par bien peu de touristes. Tant mieux, car il conserve ainsi son caractère authentique. C’est la meilleure solution pour découvrir les épices et légumes qui composent les plats emblématiques de Maurice. Cette cuisine reflète évidemment la diversité de la population, du vindaye (plat indien souvent à base de poisson) au cari, ce mélange d’épices (de la muscade, de la cannelle, des clous de girofle…) et de gingembre qui assaisonne diverses viandes et symbolise la cuisine créole. Le marché de Port Louis est un régal pour les yeux et le nez, tant les odeurs vous mettent en appétit.

2) Les plages : Belle mare et Pointe d’Esny

Du côté des plages, si vous voulez découvrir celles que les Mauriciens préfèrent (ils ont le choix tant il y en a !), dirigez-vous plutôt sur les côtes Est et Sud-Est. Les plages de Belle Mare et de la Pointe d’Esny offrent de belles étendues de sable blanc en face d’un lagon. Et elles sont rarement bondées, à l’inverse des espaces privés des grands hôtels et clubs de vacances…


3) Le Champ de Mars

Mais un autre lieu de la Capitale, encore moins touristique, permet de côtoyer toute la population mauricienne : le Champ de Mars. Il s’agit d’un champ de courses hippiques qui réunit le week-end jusqu’à 20 000 passionnés. Les courses de chevaux sont, en effet, on le sait peu, le sport national de l’Ile Maurice. Ses habitants en sont littéralement fous. Construit en 1812 par les Anglais qui venaient tout juste de prendre l’île en main, le Champ de Mars est le plus ancien champ de course de l’Océan Indien. S’y rendre le dimanche est le meilleur moyen de participer à un événement vraiment authentique et ancré dans la vie quotidienne des Mauriciens. Héritage britannique oblige, des concours d’élégance pour les dames, vêtues de belles robes et de chapeaux raffinés, sont souvent organisés. Une partie des gradins de l’hippodrome est réservée à des « clubs privés » et ces loges sont le rendez-vous où l’on parle affaires et potins entre notables de l’île. Il est d’ailleurs impératif pour les hommes d’être en costume et cravate… même par plus de 35 degrés ! Mais rassurez-vous, si vous n’avez pas prévu le smoking dans votre valise, vous pouvez accéder sans souci à la partie publique. Vous côtoierez alors la société populaire de l’île qui se presse aux guichets des paris dans une belle cohue. C’est coloré et riant. On y parle ce créole si particulier à Maurice. Et, ce qui ne gâche rien, les courses sont souvent de très bon niveau. Bref, le dimanche sur l’île, c’est au Champ de Mars qu’il faut être… Et pas à la plage !

4) La Rhumerie : Chamarel et Bourdonnais

Mais pour explorer Maurice, direction aussi l’intérieur des terres. Passez d’abord par le village de Chamarel. Un paysage tropical laisse place à de vastes champs de cannes à sucre appartenant la Rhumerie de Chamarel qui produit parmi les meilleurs rhums de l’île. On peut visiter l’usine et tout apprendre de la culture de la canne, principale ressource économique de Maurice après le tourisme. L’autre rhumerie chic du pays, c’est La Bourdonnais et son « château ». Il s’agit en fait d’une très belle maison de planteurs qui a accueilli plus de trois générations de cultivateurs de cannes. On le visite pour mieux comprendre la vie des Créoles de Maurice. Les rhums produits ici sont exquis. Tout comme le restaurant qui est l’un des meilleurs de l’île…

5) Le jardin de Pamplemousses

Sur la route, arrêtez-vous aussi au jardin de Pamplemousses, un oasis tropical construit au XVIIIe siècle par Pierre Poivre, intendant français de ce qui était alors l’Isle de France. Le visiter est un voyage en lui-même. On y recense plus de 600 espèces d’arbres et de végétaux. Dont plus de 95 sortes de palmiers venus du monde entier. On y trouve aussi des nénuphars géants originaires d’Amazonie qui impressionnent par leur taille démesurée. Ce jardin est représentatif de la très belle biodiversité du pays. Si le dodo, ce célèbre oiseau que l’on ne trouvait nulle part ailleurs, a bel et bien disparu, le meilleur de la flore locale est préservé au jardin de Pamplemousses.

6) Les temples hindous

Enfin, dernier élément que les touristes ignorent souvent, il existe plus de 150 temples hindous sur l’Ile Maurice. N’hésitez pas à les visiter. L’entrée est libre et vous y serez toujours très bien accueillis. Avec leurs sculptures des dieux hindous colorées et fantastiques, c’est une balade dans un monde très éloigné du nôtre qui s’offre à vous. Le lac sacré des hindouistes de Grand Bassin, au sud de l’île, en héberge au moins une bonne dizaine sur ses rives. C’est ici qu’est célébré tous les ans le Maha Shivaratree, une fête hindoue durant laquelle des milliers de pèlerins viennent se recueillir et se purifier dans les eaux du lac. Une ode au dieu Shiva qui vous fera oublier, pour un temps au moins, les eaux chaudes de l’océan et le luxe douillet des palaces mauriciens…

Tags from the story

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *