Visitez les Pouilles en Italie

Comme Tango, il est probable que vous tombiez assez rapidement sous le charme de cette région sauvage et préservée, qui s’étale tout au sud de la péninsule italienne, juste dans le talon de la botte italienne.

Naples

Connaissez-vous les Pouilles ? Sur 800 kilomètres de littoral, elles sont bordées par la mer Adriatique au nord, et la mer Ionienne au sud. Accessible via les aéroports de Naples, Bari ou Brindisi, à 2 heures et demie de Paris, cette région encore méconnue regorge de trésors culturels : églises romanes, châteaux médiévaux, villages ruraux qui surplombent des champs d’oliviers et des vignes à perte de vue.

Dans les Pouilles, il y en a pour tous les goûts. Les amoureux de la mer, comme moi, sont comblés par les eaux cristallines des iles Tremiti, les fonds marins à Santa Maria di Leuca entre les deux mers, ou la cinquantaine de plages de sable qui s’égrènent entre Monopoli et Ostuni. Mais les Pouilles ne se résument pas à des plages, aussi belles soient-elles…

Entre histoire et tradition

Alberobello, une étape indispensable pour découvrir les « trulli », ces petites maisons originales en pierre sèche, au toit conique, dont les plus anciennes datent du 16ème siècle.

L’histoire et la tradition se sont donné rendez-vous à Alberobello, une étape indispensable pour découvrir les « trulli », ces petites maisons originales en pierre sèche, au toit conique, dont les plus anciennes datent du 16ème siècle. Elles sont classées au patrimoine mondial de l’Unesco et témoignent d’un type de construction à la main sans mortier. Souvent peintes à la chaux, elles sont le symbole des Pouilles. Ces dernières servaient surtout d’abri pendant les grosses chaleurs, pendant la moisson et les vendanges. Aujourd’hui, certaines sont toujours habitées et servent même d’hôtels.

Trulli

Un autre site reconnu par l’Unesco est le Castel del Monte, à Andria, à 70 kms à l’ouest de Bari. Ce château médiéval, édifié au 13ème siècle par Frédéric II de Hohenstaufen (souverain de Sicile), obéit à la règle du chiffre 8. Son plan compte 8 côtés. 8 tours imposantes y sont dressées et on dénombre 8 chambres au rez-de-chaussée ainsi qu’au premier étage qui elles-mêmes forment un octogone…On dit même qu’une baignoire octogonale se trouvait dans la cour intérieure. C’est l’endroit dont s’est inspiré Umberto Eco pour l’écriture de son roman Le Nom de la Rose. Le lieu reste toujours énigmatique…

Au sud de Bari, un arrêt s’impose à Polignano a Mare. Cette ancienne citadelle grecque est posée sur une falaise déchiquetée, à pic au-dessus de la mer transparente. Elle est souvent qualifiée de « perle de l’Adriatique ». La vue est splendide depuis les terrasses panoramiques.

Toits-terrasses sur les vignes et les oliviers

C’est l’endroit dont s’est inspiré Umberto Eco pour l’écriture de son roman Le Nom de la Rose. Le lieu reste toujours énigmatique…

A Ostuni, l’on se croit au Maroc ou en Grèce, à quelques kilomètres de l’Adriatique. La ville blanche, telle qu’on la surnomme en raison de ses maisons peintes à la chaux, a des allures de Tanger ou de village hellénique. Perchée sur trois collines, elle offre de jolies balades dans son dédale de ruelles, reliées par des cours intérieures, et bordées de boutiques d’artisans. Il est recommandé de s’y arrêter pour boire un café sur un toit terrasse, surplombant la vallée de vignes et d’oliviers. Mémorable !

Arrivée à Lecce, on comprend pourquoi on la surnomme la Florence du Sud. Cette capitale de l’architecture baroque, et son patrimoine du 16ème et 17ème siècle, est exceptionnelle. La visite démarre par la place Sant’Oronzo et l’amphithéâtre romain, puis avec le campanile de 68 mètres de haut sur la Piazza Duomo. On y découvre l’exubérante basilique Santa Croce, dont la construction s’est étalée sur un siècle, jusqu’en 1695. Ce ne sont que rosaces finement ciselées, colonnes et balcons ouvragés, angelots raffinés et plafonds à caissons ornés de dorures…

Amphithéâtre Romain – Lecce

Jardin parfumé

Dans la cathédrale de l’Annunziata, il ne faut pas manquer l’immense mosaïque sur le thème de l’Enfer et du Paradis, ni les squelettes des 800 martyrs massacrés par les Turcs en 1480.

Enfin, le périple peut se terminer à Otrante, au bout du talon de la botte. En tant que port entre l’Orient et l’Occident, la ville s’est toujours défendue contre ses occupants turcs, byzantins, normands, angevins, aragonais. Les remparts du château témoignent de son passé tumultueux, et dans la cathédrale de l’Annunziata, il ne faut pas manquer l’immense mosaïque sur le thème de l’Enfer et du Paradis, ni les squelettes des 800 martyrs massacrés par les Turcs en 1480.

Les Pouilles, c’est aussi une région gourmande, aux saveurs de jardin parfumé. Impossible de ne pas craquer pour les recchietelle, les pâtes en forme de petites oreilles, l’huile d’olive de Foggia, les vins fruités, la pasta di mandoria, les gâteaux secs aux amandes, et les innombrables glaces (les fameuses gelati). La dolce vita se vit aussi dans l’assiette !

Tags from the story

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *